La culture sans vaseline
Alerte découverte: The Strypes

Alerte découverte: The Strypes

Si chaque année apporte son lot de nouveautés musicales made in UK, il en est toujours une pour s’élever au-dessus des autres et truster l’affiche de vos festivals préférés. 2013 pourrait bien consacrer les teenagers de The Strypes. Alerte découverte.

The-Strypes-EP-front-cover-finish-blueAussi surprenant que cela puisse paraître, il aura fallu la réunion de quatre gamins âgés de 16 ans pour retrouver quelques unes des plus belles sonorités des sixties. Avec Ross Farrelly au chant et à l’harmonica, Josh McClorey à la guitare et au synthé, Pete O’Hanlon à la basse et Evan Walsh à la batterie, le quatuor originaire de Cavan, en Irlande, nous ramène à l’âge d’or des Yarbirds et des Who. Déjà auteurs de Young, Gifted & Blue, EP prometteur, ils viennent de s’engager sur la voie royale en signant dans l’écurie Mercury (filiale d’Universal). (Découvrez leur Souncdloud sous cet article)

Réveille le mod qui sommeille en toi!

Pris sous l’aile de Paul Weller, ces fils spirituels de Chuck Berry ont également impressionné Sir Elton John, qui déclarait récemment à la télévision britannique que ces petits avaient déjà intégré toute l’essence du blues, qu’il avait mis 65 ans à comprendre. Asphyxiée par des plaies comme Justin Bieber ou les One Direction, l’industrie musicale outre-Manche se réjouit de constater qu’il existe des adolescents capables de proposer tout autre chose, et nous aussi. Les mélodies enjouées qui fleurent bon le pogo dans les pubs réveilleront instantanément l’âme du mod qui sommeille en vous. Ils sont bien partis pour s’inscrire dans la longue liste des british rock bands qui ont tout renversé sur leur passage l’année de leur éclosion, à l’instar des Franz Ferdinand, Bloc Party, Arctic Monkeys et autres Wombats.

The-Strypes-Hi-ResDans tous les bars d’Albion où ils se présentent, c’est l’embardée. Leurs morceaux, qu’ils considèrent eux-mêmes comme l’antithèse de la musique contemporaine, débordent d’une énergie bon enfant qui trouve un écho parfait sur scène. Pas plus tard qu’hier soir, ils ont été adoubés par Carl Barat himself (ex-Libertines) à l’issue d’un fougueux concert londonien. Remontez vos chaussettes, l’esprit de Johnny Be Goode est de retour ! Aucune date de sortie pour un premier album n’est pour l’heure avancée, et s’ils se produisent en ce moment dans des petites salles anglaises, un crochet est prévu aux Pays-Bas début avril (le 5 à Amsterdam et le 6 à Rotterdam). Retenez bien ce nom, en attendant sûrement un premier passage au Bota et/ou au Pukkelpop cette année. Feever est prêt à parier son vinyl de Sticky Fingers là-dessus !

the-strypes_audionetworks

 

No comments yet.

Add a comment

Feever Tweets